*** Expédition Cétacés du 17 Juin 2018 ***

Une journée incroyable qui commence pourtant sous la pluie ! RDV à 7h, ce matin pour notre équipe. Nous partons tôt car au retour de notre sortie coucher de soleil, un filet de pêche à entraver notre hélice et pour Bob notre commandant du jour mais aussi patron sur la SNSM, le début de la journée est synonyme d’une plongée pour libérer ATALAYA.

La pluie s’est installée sur la baie, l’horizon est bouché et une question nous taraude: devons-nous valider notre sortie ? Décidément, cette année, le mois de juin nous aura causé bien des traquas météorologiques !  Notre commandant est confiant, au large le ciel sera dégagé ! C’est donc sous un ciel maussade que nous embarquons nos passagers ! A bord, l’équipe est concentrée. Si nous voulons passer une bonne journée il nous faut trouver les cétacés rapidement.

Une écoute mais aucun sifflement. Nous arrivons sur le Gouf, les navires de pêche quadrillent la zone. Une seconde écoute mais à part le bruit des moteurs, aucun signe de vie…Nous en sommes plus que conscients, à chaque sortie, avec les cétacés, nous remettons nos compteurs à zéro ! Le ciel se dégage et nous continuons notre navigation. Quelques miles plus tard, une nouvelle écoute et cette fois-ci, des clics d’écholocation. Autant vous dire que pour les non-initiés, entre les moteurs et le bruit de la houle, tout ceci ressemble à un vaste brouhaha. Et c’est dans ces moment-là que l’on se dit que toutes nos années d’étude et de recherches, passées devant un ordinateur, le casque sur les oreilles nous sont bien utiles 😉 Nous le savons, les cétacés sont bien présents sur zone ! Et c’est les jumelles en main que notre équipe est rassemblée sur notre plateforme supérieure, un atout indéniable pour l’observation 😉 Et puis l’alerte… les dauphins !

Un petit groupe d’une dizaine d’individus, ils s’approchent puis ils disparaissent. Visiblement ce groupe n’a pas envie d’interagir. Nous reprenons notre poste d’observation. Un nouveau groupe de Grands dauphins et puis soudain, une imposante dorsale. Nos observateurs prennent place à l’avant. L’imposante dorsale refait surface et cette fois ci aucun doute, ce sont nos chers Globis ! Nous n’en croyons pas nos yeux. Les saisons précédentes les Globis avaient quitté notre zone d’observation à la fin mai. Et pourtant c’est  bien une famille de Globicéphales qui nagent tranquillement au milieu des dauphins. Moteurs à l’arrêt, nous attendons. Quelques minutes s’écoulent et les Globis nous accueillent. Ils s’approchent, leur souffle résonne puis ils se placent entre nos 2 coques. Le groupe entier est maintenant, à l’arrêt, à la surface, à quelques centimètres de nous. Ils nous observent, nous leur parlons. Nous les entendons siffler, certains oscillent d’un bord sur l’autre, paisiblement tandis que d’autres se dressent à la verticale pour nous observer. Whaou ! Incroyable ! Et puis le plus beau des cadeaux, une mère et son nouveau-né nous rejoint. Ce petit a tout au plus quelques semaines et pourtant, sa mère l’accompagne au milieu de nos coques. Quoi vous dire de plus, aucun mot ne peut décrire ces instants…une marque de confiance entre cette mère et notre navire qui n’a pas de prix. Pour tout biologiste marin, c’est un peu le Graal, des instants de partage où l’on se dit que notre mission est accomplie, que les cétacés nous font confiance et que pour rien au monde nous ne cèderions notre place 😊 Des instants puis des heures. Une fois acceptés parmi le groupe, les Globis ne nous quittent plus. Le petit roule sur sa mère et puis imite les grands, après tout le spy-hopping, même à quelques jours c’est possible. Grandiose…à 2 mètres de nous, toujours entre 2 nos coques, ce petit se redresse, il nous regarde.

Quelle interaction de folie ! Cette famille cherche le contact. Nous aimerions tellement savoir ce qu’ils pensent. Une chose est sure, les émotions passent et ils le perçoivent. Ils nous entendent, ils restent parmi nous, nageant d’une coque à l’autre, se redressant à quelques centimètres. Nous sommes sans mot mais nos regards en disent long 😊

Et puis il y a des jours où vraiment on ne sait plus où regarder ! Les grands dauphins arrivent et eux aussi ont envie de profiter à notre étrave. Nous accélérons et tout le groupe nous rejoint. Et si nous ralentissons pour attendre les Globis, eux aussi ralentissent. Le groupe de cinquante Grands dauphins nagent maintenant parmi la soixantaine de Globicéphales qui nous entourent. Les 2 espèces ne se quittent plus et c’est un vrai bonheur de les observer. Les cétacés sont de tous les côtés et des récits comme celui-ci nous en avons vécu pendant plus de 2 heures !

Et comme bien des fois nous prenons le cap du port en nous disant que cette journée fut incroyable 😊 Emotionnellement bien sûr mais aussi scientifiquement pour les biologistes d’Itsas Arima car c’est la première fois que nous observons un groupe de Globicéphales aussi nombreux au mois de juin.