A bord, le bouquet de Muguet est de rigueur et c’est sous un air de printemps que nous prenons le cap du large.

Après des journées de pluie, le soleil se décide enfin à faire son apparition mais l’équipe se rend vite compte que le vent souffle davantage que ce qui était prévu. Clapot et écume viennent perturber notre début de journée.

Heureusement, les dauphins ne tardent pas à faire leur apparition 🙂 Un petit groupe de dauphins communs très discrets effleurent la surface. Nous tentons de nous approcher mais cette fois-ci les dauphins ne nous offrent que quelques sauts. D’habitude très joueurs nos petits communs ont visiblement d’autres préoccupations. Dans ces moments, le mieux est de les laisser tranquille. Nous continuons donc notre transect.

A priori aujourd’hui, nous ne sommes pas les seuls à avoir eux envie de sortir en mer et le large est parsemé de navires. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour nos observateurs qui savent déjà qu’en plongeant leur hydrophone, le bruit des moteurs sera omniprésent.

Parmi les navires, nous repérons Thalassa, le navire de l’IFREMER qui est en pleine campagne Pelgas pour recenser les stocks halieutiques. Pour avoir déjà participé à ces campagnes, nous savons que des observateurs sont en poste à la recherche tout comme nous des cétacés. Nous prenons contact avec Thalassa, aucune observation de leur côté. D’un commun accord, le premier qui observe tient au courant l’autre. Il faut bien s’entraider entre scientifiques 😉

Et cette fois-ci, nous sommes les premiers à trouver les cétacés, d’abord grâce à leurs sifflements puis aux Fous de Bassan qui plongent en tout sens. Les dauphins sont parmi eux, en chasse. Nous nous approchons et à notre plus grand plaisir c’est un groupe de 70 Grands dauphins qui se détournent pour venir surfer à notre étrave. De quoi réveiller nos passagers 😉 Tout le monde est à l’avant et nous sommes ravis de voir Atalaya encerclé par les dauphins. Ils sont à priori repus et ont décidé de passer un peu de bon temps en notre compagnie 🙂

Ils se réunissent sous l’étrave, sautent de tous les côtés puis disparaissent. Mais seulement pour quelques instants car ils réapparaissent juste à côte de nous. Les dauphins mènent la danse et ils passeront une bonne heure à nous émerveiller par leurs sauts. De quoi reprendre le cap du port le sourire aux lèvres 🙂

Pas de nouvelle des Globis, la prochaine sortie nous en dira plus !!!