*** Rencontre inoubliable avec les Grands Cachalots ****

Il y a certaines rencontres au cours d’une vie que l’on n’oublie jamais et c’est sans aucun doute le cas de notre rencontre d’hier avec les Grands Cachalots ! Je ne sais pas si nous l’avons pressenti mais en tout cas dès le début de la journée, toute l’équipe affiche un large sourire et une bonne humeur communicative. Il faut que dire que pour la première fois de la saison, dès notre appareillage, nous sommes en tee-shirt, sous le soleil et les conditions sont parfaites pour l’observation ! Nos passagers sont au top, tous surexcités à l’idée de côtoyer les cétacés.

Et aujourd’hui, il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que des dorsales apparaissent lors de notre première écoute. Des grands dauphins, et plus précisément des femelles avec plusieurs nouveau-nés. Il faut bien l’avouer, les petits sont trop choux, lorsqu’ils sortent presque entièrement leur corps pour suivre leur mère, ils nous font tous craquer !

Nous sommes déjà conquis ! Mais attention, avec les femelles et leurs nouveau nés, il faut être prudent et ne surtout pas les déranger, c’est pourquoi nous décidons de les laisser pour reprendre notre cap. Une deuxième écoute puis des sauts qui se distinguent clairement de la surface. Ce sont à coup sûr des dauphins bleus et blancs, il n’y a qu’eux pour sauter de plusieurs mètres au-dessus de la surface ! Oui mais voilà, un saut et puis rien…plus aucun signe de vie. Que c’est frustrant lorsqu’ils nous font ce genre de farce  Un seul moyen, persévérer ! Plusieurs minutes passent et puis de nouveau de l’écume, cette fois-ci à plusieurs reprises.

Nous nous approchons, c’est un groupe de jeunes dauphins, des juvéniles de quelques mois, lancés à pleine vitesse ! Des sauts spectaculaires, à l’horizontal ou sur le flanc…de quoi nous émerveiller.

Malgré leur exubérance, les jeunes restent craintifs, ils maintiennent une distance de sécurité. Et après le spectacle qu’ils viennent de nous offrir, nous préférons nous éloigner pour ne pas les importuner. Arrive l’heure de notre troisième point d’écoute. Quelques secondes suffisent et nos observateurs, chacun à leur bord, se retourne pour s’esclaffer à l’unisson : Cachalot !!! Nous n’en croyons pas nos oreilles ! Quel instant incroyable, nos cœurs s’emballent, nos yeux brillent et nous trépignons. Rien n’est gagné, nous le savons, c’est bien joli de les entendre mais encore faut-il les observer, ce qui n’est pas chose facile avec ces grands plongeurs qui peuvent tenir 90 minutes en apnée. Passé l’euphorie des premiers instants, nous élaborons une stratégie avec un seul objectif : ne pas manquer les cachalots ! C’est le moment pour nous de remercier de tout cœur nos passagers qui nous ont fait confiance et ont joué le jeu, avec patience et enthousiasme. Autant vous dire que lorsque nous avons aperçu un souffle sur l’horizon, le silence qui régnait à bord a laissé place à l’excitation générale ! Enfin, ils sont là ! En quelques secondes le cap est donné. Les souffles se suivent, nous continuons de nous approcher et puis une caudale apparaît. Le signe que les cachalots ont sondé ! Whaou, nous sommes déjà plus que ravis par ce spectacle mais nous décidons de tenter à nouveau notre chance avec une nouvelle écoute. Et alors que nous cherchons à décrypter l’activité des cachalots sous la surface: sont-ils en train de sonder, chassent-ils ou sont-ils en train de remonter vers la surface ; de l’écume apparaît sur bâbord, beaucoup d’écume. Cette fois-ci c’est un groupe d’une centaine de dauphins bleus et blancs qui sautent de tous les côtés ! Quel dilemme incroyable, devons-nous approcher les dauphins ou continuons-nous à chercher les cachalots ? Dans le jargon, on appelle ça un dilemme de riche  A l’unanimité, la décision est prise: nous voulons observer à nouveau les cachalots. Et tandis que nous poursuivons notre écoute, les dauphins se rapprochent. De quoi nous occuper le temps de trouver les cachalots  De longues minutes s’écoulent et puis des souffles sur tribord à quelques centaines de mètres ! Ça y est, c’est gagné ! Nous nous approchons au ralenti, leurs dos brillent face aux montagnes basques. Grandiose, il n’y a pas d’autre mot ! Maintenant sous notre erre, nous dérivons lentement, les grands cachalots se rapprochent, leurs souffles résonnent. L’instant est inoubliable, l’un d’eux roule sous la surface, laissant seulement apparaître un fragment de sa caudale. Puis il se redresse, d’abord sur le côté puis à la verticale, pour mieux nous scanner. Encore une fois whaou ! C’est juste magique d’imaginer que nous suscitons l’intérêt de ce grand mâle.

Et puis au fil du temps, ce n’est plus 2 mais 4 cachalots qui emmergent à nos côtés. Franchement, nous ne savons plus où regarder, entre leurs souffles impressionnants et leur spy-hopping à quelques mètres de nous, nous ne pouvons être qu’en admiration, humbles devant ces seigneurs des profondeurs qui nous font l’honneur de partager quelques instants de leur vie si énigmatique ! Le temps passe vite et nous pourrions rester des heures à leurs côtés mais les meilleures choses doivent avoir une fin et c’est avec un immense respect, que nous les laissons s’éloigner peu à peu en imaginant leur incroyable vie dans les abysses !

A cet instant où j’écris ces lignes, pour tenter de partager avec vous ne serait-ce qu’une bride de nos émotions, le sourire ne quitte plus mon visage et il me suffit de quelques secondes pour me replonger au milieu de cette rencontre. Une chose est sûre, ces instants valent tout l’or du monde et bien plus encore 

Encore une fois merci à nos passagers de nous avoir accompagné et suivi dans cette expédition qui, on l’espère, restera gravée dans leur mémoire !